Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises - site officiel

Niçois et Savoisiens ensemble pour honorer Garibaldi

Garibaldi 4-7-14 (6)

Ce 4 juillet, à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Giuseppe Garibaldi, les Niçois de Boulegan Sian Nissart et la LRLN étaient présents, en compagnie d’une délégation de la Confédération Savoisienne.

Ensemble, ils ont honoré le héros des deux mondes, scellant une fois de plus, une amitié vieille aujourd’hui de 676 ans !

Si cette place porte aujourd’hui le nom de Garibaldi, c’est par la volonté des Niçois et seulement grâce à eux. En effet, c’est suite à l’annonce de la chute du second empire le 4 septembre 1870, que les Niçois ont spontanément rebaptisé la Piazza Vittorio (renommée en 1860 place Napoléon), en place Garibaldi ! Partout dans le monde existe des places qui portent le nom de Garibaldi, des avenues, des routes, des squares, en particulier en Amérique latine ainsi qu’en Amérique du nord…. Il existe même un volcan baptisé « Garibaldi »  au Canada.

Garibaldi est avant tout admiré dans le monde, pour son soutien inconditionnel au droit des Peuples à être libre et à la justice. Parmi ses combats pour la liberté les plus connus, se trouvent bien évidemment la campagne d’Amérique du sud et l’unité italienne.

Mais il y a un combat qui dérange toujours, son dernier, celui qu’il faut taire… et cela pour les raisons que désormais, aucun Niçois digne de ce nom,  ne peut ignorer : il s’agit bien évidemment du combat de Garibaldi pour Nice.

C’est pour cela qu’hier soir, Niçois et Savoisiens étaient réunis, pour honorer avant tout le Niçois, le défenseur du Pays de Nice, qu’il appelait aussi sa patrie. Le Héros des deux mondes est avant tout un enfant de Nice, et son oeuvre  ne se résume pas uniquement à l’expédition des mille et l’unité de l’Italie, comme les autorités complices française et italienne voudraient nous le faire croire ! Garibaldi était, avant tout, un défenseur du droit à la justice, à commencer pour le Pays qui l’a vu naitre ! 

Elu député de Nice en 1860 avec Laurenti-Roubaudi, il est intervenu au parlement de Turin. Avant même le vote sur la ratification du traité du 24 mars 1860 qui cédait Nice et la Savoie à la France, Garibaldi avait avec Laurenti-Roubaudi, adressé sa démission au président de l’assemblée de Turin en lui adressant un texte qui est fondamental, puisqu’en droit, il constitue la protestation officielle de la représentation nationale niçoise concernant le plébiscite frauduleux.

La protestation officielle de Garibaldi et de Laurenti-Roubaudi revêt donc d’une importance capitale, d’autant qu’elle se termine par une phrase on ne peut plus significative : « …en attendant que les temps et les circonstances permettent à nous et à nos concitoyens de faire valoir avec une réelle liberté nos droits, qui ne peuvent être amoindris par un acte illégal et frauduleux ».

Cette protestation officielle des députés Niçois est donc une épée de Damoclès éternelle qui hypothèque pour toujours l’annexion de Nice par la France… 

Garibaldi fit aussi cette déclaration au parlement de Turin, le 12 Avril 1860 :

« Mes concitoyens ont toujours été en guerre avec les Français et les Provençaux ; aucun fait dans l’histoire de Nice ne montre qu’ils aient été d’accord avec la France et la Provence avec qui ils ont toujours été en guerre »

Vous comprendrez donc notre étonnement, quand nous voyons des associations « d’inspiration occitaniste » venues d’outre-Var, honorer ou plutôt essayer de s’approprier, l’héritage de Garibaldi sous divers prétextes irrationnels.

garibaldi 4-7-14 (8)

Le combat de Garibaldi, c’est aussi les élections législatives de 1871, qui a vu seulement onze ans après l'annexion, le raz-de-marée séparatiste tout emporter pour finalement être invalidé par l’assemblée de Bordeaux,  après que la répression sanglante des baïonnettes françaises réponde à la légitimité des urnes, dont Henri Sappia, grand érudit Niçois, témoigna dans son ouvrage interdit par la IIIème république : Nice contemporaine !

Si nous étions hier soir ensemble pour honorer Garibaldi, défenseur de Nice, c’est aussi parce que nous avons eu connaissance de son combat pour le Pays de Nice. Nous savions tous au fond de nous que d’importantes parties de notre histoire avait été occultées ou falsifiées, mais désormais nous connaissons la Vérité !

C’est pour cela que nous avons eu une pensée pour Alain Rouiller-Laurens, subitement disparu au début de cette année, qui par ses actions et ses ouvrages, a permis au Peuple Niçois de se réapproprier son histoire. Son immense travail de recherche associé à celui de son homologue savoisien Jean de Pingon, a permis de dévoiler des pans entiers de notre histoire confisquée depuis 1860. Aujourd’hui, sa place est aux côtés de Joseph André, Henri Sappia, et bien sûr Garibaldi pour qui il avait une affection sans faille.

Plus que jamais, notre destin est lié à celui de nos frères savoisiens !

Hier, ensemble nous avons été enchaînés, demain ensemble nous nous libèrerons !

Liberà Nissa ! Liberà Savoia !

 « Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ». Garibaldi.

Garibaldi 4-7-14 (1)

Niçois et Savoisien portant ensemble la gerbe.

garibaldi 4-7-14 (2)

garibaldi 4-7-14 (3)

garibaldi 4-7-14 (4)

Garibaldi 4-7-14 (5)

Garibaldi 4-7-14 (7)