Que pensez-vous des deux dernières cantonales partielles.

Ce sont deux claques magistrales données au monde politique, aux partis et aux politiciens. Dans le 12e canton, l’élu de la majorité municipale, M. Kandel n’a obtenu que 18 % des voix des inscrits, et dans le 6e canton, l’autre élu de la majorité municipale a encore fait mieux, il n’a obtenu que moins de 12 % des voix des inscrits, c’est-à-dire que les « triomphateurs », ne représentent qu’une fraction minime de la population de ces cantons. Et dans le monopole de presse niçois, on crie victoire, on se congratule ; et M. Estrosi, chaussant des lunettes aussi grossissantes que des télescopes, voit dans ces « victoires » l’approbation de l’action de sa majorité municipale…

et bien il faut croire qu’il n’est pas doué pour les mathématiques, et je lui dis moi, que dans le 12e canton, 82 % des inscrits ont catégoriquement rejeté sa politique municipale et le système politique, et dans le 6e, 88 % des électeurs ont fait de même. Je suis à peu près sûr que si seulement cent électeurs avaient voté dans chacun de ces deux cantons, et que les candidats soutenus par M. Estrosi avaient obtenu soixante-dix voix chacun, le discours de M. Estrosi aurait été le même : un magnifique triomphe et l’approbation de sa politique municipale… Qu’importe le flacon électoral pourvu qu’on ait l’ivresse d’être élu…

C’est le complet dévoiement de la démocratie. Les « vainqueurs » sont élus légalement certes, mais en fait ils ne représentent rien ou pas grand-chose. Pas de quoi pavoiser et même de quoi s’inquiéter… Mais beaucoup de candidats sont aussi dans cette logique de propagande totalement démagogique ; prenons par exemple, le groupuscule d’extrême droite ultra français qui dans l’hexagone a adopté comme emblème le sanglier gaulois et qui à Nice cache soigneusement le sanglier tricolore sous les jupons de cette pauvre Catherine Ségurane qui en voit de toutes les couleurs ; son candidat crie victoire : formidable avancée, à 7, 69 %, alors que l’année dernière dans le même canton il avait obtenu 5,09 %! Oui mais l’an passé il avait obtenu 467 voix et cette année il n’en a obtenu que 273… Perte sèche en un an : 194 voix et en pourcentage 42,61 %! Presque la moitié ! Mais dans la désinformation, pourquoi se gêner puisque l’exemple vient d’en haut… Un ancien proverbe russe ne dit-il pas : « le poisson pourrit par la tête » ?

Que pensez-vous du système politique actuel ?

Plus généralement et c’est ce qui compte en réalité, c’est que les électeurs ne sont pas dupes ; ils savent que ce système électoral verrouillé est dévoyé par divers biais, et que se rendre aux urnes dans ces conditions c’est accepter de participer à un jeu pipé et donc se laisser prendre pour un imbécile. Et l’enseignement que je retiens de tout cela, c’est que les abstentionnistes, lors des cantonales et de beaucoup d’autres élections, sont incontestablement le premier parti à Nice. J’en tire la conclusion suivante : quand ces électeurs auront une bonne raison de se rendre aux urnes, ils balayeront tout le système politique actuel comme un château de carte. Je dis donc aux politiciens : jouez donc avec le peuple, trompez-le, usez et abusez de la désinformation, manipulez les médias et les chiffres, demeurez dans l’illusion et laisser les problèmes s’aggraver… Mais sans aucune assise populaire véritable, vous êtes des équilibristes sur des fils, et un jour qui ne saurait tarder compte tenu de la catastrophe qui s’annonce, va se lever un vent mauvais… Et vous serez précipités dans le gouffre sans avoir le temps de comprendre ce qui vous est arrivé.

Que vous inspire la politique municipale ?

Elle ne m’inspire… rien qui vaille… Comme mes concitoyens, j’ai reçu les notes salées que l’on doit au nouveau maire. Je dois vous dire qu’en les payant mes sentiments étaient partagés. J’ai éprouvé une grande joie afin d’être totalement solidaire de l’immense bonheur qu’ont dû ressentir les électeurs de M.Estrosi en recevant la petite note de leur élu ; j’ai ressenti surtout une très grande peine en songeant aux personnes âgées, aux chômeurs, aux jeunes ménages et aux autres qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Quand on pense que durant les deux précédentes mandatures, soit treize ans, les impôts locaux n’avaient pratiquement pas augmenté, on se dit qu’un quart des électeurs Niçois que l’on a fait rêver avec des illusions, se sont tirés une balle dans les deux pieds, et qu’ils l’ont aussi tiré dans les pieds de leurs concitoyens, il n’y a pas de quoi être fier; pour réparer leur erreur, ils devraient se précipiter pour soutenir les plus démunis qui ont des difficultés à payer cette augmentation, qu’ils leur doivent en partie.

Et que va-ton faire de cet argent ponctionné dans nos poches ? Quand on voit, le scandaleux gaspillage d’argent public en publicité dans le monopole de presse, on a la nausée. À la Ligue nous allons faire un « mur de la honte », nous récoltons les innombrables quarts de pages, demi-pages et pages entières, de publicité inutile, en noir et blanc et en couleur, et nous allons en tapisser des mètres carrés, nous photographierons le tout et éditerons la photo en cartes postales pour faire nous aussi la publicité de l’action municipale.

Paillettes, effets d’annonces, mensonges, gaspillage et un vide sidéral ; la ville est sale malgré la fameuse brigade dont on nous a fait tout un plat ; on voit des clochards affalés un peu partout, d’autres agressifs, l’insécurité règne et va s’aggraver, malgré les caméras, censées solutionner un problème insoluble tant que l’on ne punira pas les voyous et que l’on recevra des masses de clandestins qui obligatoirement vivent en parasites sur la société ; pour le Taser c’est encore une claque magistrale, puisque l’on a interdit aux polices municipales de s’en servir ; les vélos bleus sont pillés et vandalisés, ce qui n’était pas difficile à prévoir… mais pour le monopole ce ne sont que « de petits soucis ».

Encore de l’argent public qui est sorti de nos poches et a bénéficié à certaines sociétés. Et M. Estrosi après avoir gaspillé encore beaucoup d’argent pour la farce médiatique de la candidature de Nice aux Jeux olympiques, restreint le budget fonctionnel des employés municipaux de « six ou sept millions d’euros », ils devront même économiser l’eau et l’électricité… Et alors que l’on peut se faire agresser à chaque coin de rue, M. Estrosi annonce satisfait, et impérieux : « jeter quelque chose par terre sera sanctionné ! ».

Mais rassurons nous, il va faire de Nice « une ville méditerranéenne durable»… Nice n’existant que depuis vingt-cinq petits siècles, avait un urgent besoin de M. Estrosi pour la faire durer, et durer dans quel état avec la politique qu’il mène? Et, brillant diplômé d’études économiques comme chacun sait, extraordinaire homme d’affaire comme les Niçois le savent également, et qui n’a fait qu’une ou deux faillites personnelles quand il s’occupait de commerce… il pontifie sur l’économie…

Et trouve la solution à la crise : « la réponse à la crise, c’est l’innovation ! »; parbleu, il suffisait d’y penser ! Une théorie qui a dû émerveiller les plus grands économistes du monde entier, et bien soyons fiers, c’est le maire de Nice qui l’a découverte… depuis les « balcons du Mercantour », les jeux olympiques, le téléphérique du Mont Vinaigrier, les risettes à Brad Pitt et j’en passe, nous marchons sur la tête, c’est pitoyable.

Et que pensez-vous de l’action du Conseil général?

Je constate que son président a lui aussi fait voter une augmentation d’impôts. Mais rassurons-nous, le battu du premier canton de Nice est néanmoins un grand économiste lui aussi : Alors que l’on annonce plus de 2,5 millions de chômeurs, que tous les secteurs sont touchés par le chômage, et que le gouvernement prévoit « une récession historique », M. Ciotti, pense lui que « le pire de la crise économique est derrière nous »… Et, hop, effacée d’un coup de baguette magique la dette abyssale de la France, jugulé le chômage, comblé le trou sans fin de la sécurité sociale et résolu le problème des retraites ! Sans doute grâce à la géniale théorie de « l’innovation » découverte par son collègue et ami M. Estrosi.

À eux deux ils vont sauver la France. Ce sera la gloire pour le département qui obtiendra peut-être une médaille en chocolat. Et puis, ce n’est pas tout, accrochez-vous aux branches, M. Ciotti a annoncé une grande offensive médiatique : « le Conseil général engage la dynamique verte partout»… On imagine déjà des bataillons serrés partant, pinceaux en main, recouvrir la noirceur ambiante, d’une belle couleur vert tendre. En attendant, M. Ciotti ferait mieux de ne pas gaspiller lui aussi autant de notre argent en publicités inutiles dans le monopole de presse, car l’argent qu’il dépense est le fruit de notre travail.

  • Première partie
  • Deuxième partie
  • Troisième partie