AIGLE_MASSE_ « Nissa 7 janvier 2010 – «  A l’occasion du 150e anniversaire de l’annexion scélérate, le ministre-maire de Nice, affiche de nouveau son aversion marquée pour l’identité niçoise. Partout fleurissent les sigles « Nice et la Provence réunies 1860-2010 », ce qui est une insulte à notre histoire et à nos ancêtres, car la Provence de tout temps a très gravement nui à Nice ; aujourd’hui encore Marseille tient Nice sous tutelle économiquement.  L’inauguration des ferrailles de la honte, à eu lieu avec un grand déploiement de forces militaires et de police, qui évoque les invasions militaires de Nice en 1860 et 1871. Seuls les porteurs de la carte UMP ont été admis à cette cérémonie, et les personnes portant ostensiblement des symboles Niçois refoulés manu militari »

« Il convient de réagir très fermement à ces graves atteintes à notre identité. Mais il convient aussi d’éviter la récupération de notre juste colère par les groupuscules d’extrême droite  servant les intérêts français, qui se faufilent derrière l’identité niçoise, et dont le but est de provoquer des incidents pour décrédibiliser notre cause. Les Niçois ont le droit pour eux, ils ne doivent en aucun cas entrer dans l’illégalité. Nous demandons à nos adhérents et sympathisants de ne pas se rendre à des manifestations qui peuvent être organisées par des « collectifs », ce terme vague étant destiné à masquer l’identité des organisateurs ainsi que leurs buts réels qui ne sont pas la défense de l’identité niçoise, mais sa destruction »

« Nous connaissons maintenant le programme des manifestations officielles. Nous engageons donc nos adhérents, sympathisants et tous les niçois à défendre notre drapeau, en s’y rendant en masse avec leur famille et leurs amis, pour manifester leur désapprobation, par tous moyens, hors la violence qui nuirait à notre cause et ne servirait que nos ennemis»

« Les scandaleuses représentations théâtrales devant le Palais sarde, glorifiant Napoléon le petit, premier dictateur moderne, doivent être l’occasion de manifester bruyamment notre mécontentement ; les manifestations prévues pour le 14 juin, doivent être particulièrement ciblées, car ce jour anniversaire de la « passation de pouvoir » est symbolique. La réaction doit être populaire, et initiée par les Niçoises et les Niçois eux-mêmes, sans besoin d’obéir à des mots d’ordres douteux, émanant d’inconnus qui ne se cacheraient pas si leurs intentions étaient de servir Nice. Nous devons tous individuellement nous impliquer avec nos amis pour protester, comme jadis l’ont fait nos ancêtres. Les membres et sympathisants de la L.R.L.N. seront évidemment présents à ces rendez-vous, parmi tous les Niçois qui se seront mobilisés pour protester. Seule l’union populaire spontanée, donnera un sens profond et légitime à notre refus. La protestation ne peut et ne doit pas être le fait d’une faction, mais de tous les niçois, car en une circonstance aussi solennelle, personne n’a le droit et ne peut parler en leur nom. Le peuple niçois, doit s’exprimer clairement, lui et lui seul ; lui seul en à le droit et le devoir. Retrouvons nous donc tous aux manifestions qui célèbrent notre asservissement, pour protester. Issa Nissa ! »