Communiqué de la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises - 18 avril 2012

AIGLE_MASSE_« Dans une grande envolée pseudo-lyrique M. Estrosi s’est élevé à l’assemblée contre les abstentionnistes qui selon lui « s’excluaient de la communauté nationale » et « succombaient à une tentation individualiste incompatible avec l’intérêt général ».

« Les politiciens parisiens habitués aux charcutages électoraux, aux plus basses manœuvres,  ne représentent plus rien sinon eux-mêmes et leurs intérêts ;  cette coterie très fermée qui a confisqué le pouvoir en supprimant la règle proportionnelle et mis en place des barrières quasi infranchissables pour être éligible à l’élection présidentielle, a jeté une chape de plomb sur la démocratie. Par le biais de l’argent public distribué en priorité à leurs soutiens, de règles électorales taillées à l’aune de leurs ambitions, de médias complices et du clientélisme, les partis  règnent sans partage.

« Ayant ainsi privé le vote de tout contenu moral, ils ne peuvent prétendre donner des leçons de civisme au corps électoral souverain. Au point où nous en sommes, ne pas voter est devenu, lors de nombreux scrutins,  un acte sain et moral, car c’est condamner un système qui n’a de démocratique que le nom. Refuser de participer à ces mascarades, refuser de cautionner des politiciens carriéristes et incapables n’est nullement se désintéresser de la collectivité par individualisme, mais c’est le seul et dernier moyen pour un citoyen d’exercer véritablement sa souveraineté.

« M. Estrosi qui voulait réhabiliter Napoléon le Petit, premier dictateur de l’ère moderne et ne fit rien moins que renverser la IIème République par un sanglant coup d’Etat, mitrailler les parisiens sur les barricades et les boulevards, fusiller les républicains en province et déporter des dizaines de milliers de personnes à Cayenne et en Algérie, M. Estrosi qui a osé prétendre que Victor Hugo « avait réécrit l’histoire », M. Estrosi qui a honteusement falsifié l’histoire de Nice lors des « fêtes » commémorant l’annexion frauduleuse de 1860, M. Estrosi que l’un des conseillers municipaux de sa propre majorité vient d'accuser d’avoir mis en place une chambre d’enregistrement, où le rôle des élus n’est « que lever la main lors du vote pour approuver », M. Estrosi si peu soucieux des deniers publics que la presse nationale a dénoncé naguère et à plusieurs reprises ses appartements de fonctions, ses voitures, ses chauffeurs et ses très coûteux déplacements en jet, M. Estrosi, visiblement adepte du culte de la personnalité, dont les photographies inondent indécemment les pages du monopole de presse niçois, au point qu’on en vit récemment sept en couleurs sur deux pages...! Alors même que ledit monopole bénéficie des largesses municipales sous forme d'un flot ininterrompu de publicités inutiles, M. Estrosi, qui n'est pas le mieux placé pour le faire, voudrait donc donner des leçons de civisme à deux sous aux citoyens qui refusent de se laisser berner en cautionnant par leur vote un système politique confiscatoire !

« Et il a osé encore évoquer « les sacrifices, les combats, les morts qui jalonnent notre histoire, ceux de la liberté et du droit de vote » ; évoquer le sacrifice des héros pour inciter les citoyens à participer à un scrutin verrouillé par les partis, est inacceptable. Les héros sont morts pour défendre la liberté non pour instaurer un système politique confiscatoire qui aujourd’hui est devenu une caricature de démocratie, et encore moins pour que des politiciens plus tard souillent leur mémoire en associant leur combat à des manœuvres bassement électoralistes. La famille de  Raymond Aubrac, grande figure de la Résistance, récemment décédé à refusé sur instruction du défunt, qu’un quelconque politicien prenne la parole lors de ses obsèques  aux Invalides. Il en est qui sans vergogne, demeurant imperméables et sourds à cette leçon de dignité, ont le lendemain appelé les héros morts à la rescousse pour tenter d’emplir les urnes, sachant que leurs arguments électoraux ne les rempliraient probablement pas. Messieurs les politiciens, avant d’évoquer les héros, il convient d’en être digne ; il convient que vous purifiez vos bouches, car elles ont prononcé tant de mensonges !

« Les Niçois doivent rejeter en bloc la gauche, la droite et les extrêmes, car tous ont nuit et nuiront à Nice. Pour ce scrutin dont ils sont exclus, puisqu’en réalité ils ne peuvent pas être éligibles, ils sont fondés à s’abstenir.  ils doivent cependant voter par principe et donner un avertissement au système en votant « Nice Libre ».  Nice libre de leurs malfaisances, de leur incapacité, libre de la tutelle de Marseille, et du dirigisme vampirique du pouvoir central. Un tel vote s’il est important, sera mille fois plus significatif qu’un vote blanc ou qu’un vote pour l’un quelconque des candidats jumeaux, responsables de la faillite et du malheur, de la décadence et de l’effondrement de la société. Libera Nissa ! »