AIGLE_MASSE_« Alors que les deux partis parisiens qui confisquent le pouvoir depuis si longtemps se déchirent pour le partage quinquennal des meilleures places, nous constatons qu’à Nice, qualifiée en 2007 de « ville la plus sarkosyste de  France » l’intéressé, au premier tour, a dévissé de rien moins que 14 281 voix ! Et ceci ne résulte nullement d’une vague rose puisque le candidat socialiste ne progresse  que de 1 988 voix. La bénéficiaire du recul de l’UMP est une candidate qui n’appartient pas au système restreint qui a fait une OPA sur l’Etat. 

« Les Niçoises et les Niçois commencent enfin à se libérer du système droite-gauche, qui est si préjudiciable à la démocratie. De même les bulletins nuls (2 488) progressent à ce premier tour  (1 628 en 2007) ce qui indique que peu à peu les Niçois se libèrent du carcan des deux partis parisiens qui ont confisqué le pouvoir en supprimant la proportionnelle.

« Hormis les promesses trahies, beaucoup de Niçoises et de Niçois ont fait payer au président-candidat  l’inauguration des ferrailles de la honte, commémorant l’invasion militaire du 1er avril 1860 suivie de l’annexion  frauduleuse de Nice, ainsi que l’action néfaste du maire UMP, son relais à Nice, qui a mis sous le boisseau l’identité et la culture niçoise.

« Comme nous le disons depuis dix ans, la société française se délite chaque jour un peu plus, infusant de  terribles poisons à la société niçoise. Il est temps maintenant que les Niçois reprennent leur destin en main et réclament leurs droits. Le Parti Niçois/Partit Nissart, a été fondé pour mener ce combat et reconstituer le tissu social et politique niçois. La prochaine échéance municipale sera l’occasion de rappeler à Paris que l’identité niçoise n’est pas morte, malgré les coups répétés qui lui sont portés par le pouvoir jacobin et ses relais dans notre ville.

« L’Histoire n’est pas figée, elle s’écrit chaque jour, et l’heure de la Justice sonnera pour Nice. La jeunesse niçoise en particulier aura un rôle primordial à jouer, celui de réclamer et d’obtenir que Nice recouvre ses Droits, confisqués jadis par la force brutale, le mensonge et la corruption, comme l’a dit Garibaldi au parlement de Turin, lors de sa protestation officielle après l’invasion militaire de Nice.

« Nice a un Destin particulier et les vrais Niçois le savent au fond de leur coeur ; il fut jadis contrarié par un dictateur, mais les temps viendrons, où les empêchements tomberont, car ce qui doit être sera. Libéra Nissa ! »