AIGLE_MASSE_« A l’occasion du 153éme anniversaire de la signature du Traité de Turin, qui livra illégalement Nice et la Savoie à la France, nous tenons à rappeler que ledit Traité a été abrogé (plus exactement éteint) le 10 juin 1940, quand Victor Emmanuel III (petit-fils de Victor-Emmanuel II qui signa ce traité) déclara la guerre à la France, et revendiqua les territoires précédemment cédés. »

« Contrairement aux stipulations impératives du Traité de Paix de 1947, relatives à la remise en cours des Traités avec l’Italie, le traité de Turin n’a pas été remis en vigueur. Le 24 mars 2010, à Genève, M. Jean de Pingon et moi-même, conduisant les délégations Savoisienne et Niçoise, avons signifié officiellement, aux puissances signataires du Traité de Paix de 1947, par la Déclaration de Genève que le Traité de Turin était abrogé. »

« Suite à la Déclaration de Genève un député UMP, posa à l’Assemblée Nationale, deux questions écrites au ministre des Affaires Etrangères au sujet de la légitimité de la présence française à Nice et en Savoie. Dans l’affolement le ministre répondit qu’il allait demander d’urgence à l’O.N.U. d’enregistrer le traité de Turin, comme le prescrivait le Traité de Paix de 1947. »

« M. Jean de Pingon pour la Savoie et moi-même pour Nice avons adressé aux services concernés à l’O.N.U. un Mémoire motivé, afin de demander à l’organisme international de ne pas faire droit à la demande française. Force est de constater que notre demande et plus encore nos arguments, ont été retenus puisque l’O.N.U. a refusé d’enregistrer le Traité de Turin. Malgré une explication fantaisiste du ministre sur ce refus, rideau de fumée pour tenter de sauver la face, il est maintenant établi que la communauté internationale ne peut reconnaître la validité Turin, qui est purement et simplement abrogé. »

« Ce 24 mars, triste 153ème anniversaire de la vente ignominieuse de Nice et de la Savoie, qualifiée à l’époque de trafic de chair humaine, au Parlement Anglais, j’adresse un message d’espoir aux Niçoises et aux Niçois, qui actuellement traversent une très grave crise et s’interrogent avec inquiétude sur leur avenir.»

« Je leur annonce, qu’avec les Savoisiens libres, les Niçois les libres, engageront très prochainement une action internationale pour que nos Pays respectifs, Nice et la Savoie puissent prendre leur destin en main, et recouvrent leurs Droits illégalement confisqués par l’invasion militaire française du 1er avril 1860. »

« Je leur annonce également une action politique, lors des prochaines élections municipales, car il convient impérativement de chasser les politiciens carriéristes du pouvoir municipal et de les remplacer par des représentants et acteurs de la vie civile. Il est temps que l’honnêteté et le bon sens remplacent les discours creux, les bulles de savon et les glauques combinaisons politiques. Il est temps que des Niçois solides dans leurs convictions et leur engagement, remplacent les girouettes qui nous font des sourires aujourd’hui alors qu’ils ne se préoccupaient hier que de leurs carrières à Paris ; il est temps que les partis et leurs séides qui ont fait tant de mal à Nice soient éloignés. »

« En attendant, je demande à tous nos amis et sympathisants de se mobiliser, car du fait de la déliquescence de la France jacobine dans tous les domaines, Nice est à la croisée des chemins et tout peut basculer très vite dans une situation extrêmement grave. »

« Unis, les Niçois peuvent tout. Nous sommes chez nous, et nous avons le droit et le devoir de ne pas mourir noyé enchaînés dans la galère qui coule… Issa Nissa !!! le Président de la L..R.L.N. »