« Encore une fois, l’on assiste à une restriction des droits démocratiques à Nice. Le préfet et le maire avaient trois mois pour organiser des élections après la démission du conseiller général du XIIéme canton de Nice. Les dates ont été fixées au 3 et 12 mai, période de ponts et jours fériés, alors que l’on aurait pu les coupler avec les élections européennes qui auront lieu un mois plus tard. D’une part, il n’y aura ni véritable campagne, ni débat, et d’autre part le coût sera double pour les finances publiques, alors que les Niçois subissent la crise économique et que les impôts locaux vont augmenter de près de 20 %. »

« Durant la campagne électorale de mars 2008 La L.R.L.N. avait averti les Niçoises et les Niçois de ce qui les attendaient si M. Estrosi était élu maire. Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour voir nos craintes confirmées par les faits... Nous avons vu bunkériser la mairie, et disparaître les drapeaux Niçois dans la ville ainsi que la réplique de la statue de Charles-Félix, précédemment placée devant l’hôtel de ville. Nous avons entendu le maire annoncer le « mariage » de Nice avec Marseille, aberration morale et économique. Nous l’avons vu lorgner la villa Masséna, puis le palais Sarde, comme si l’on avait besoin de plafonds dorés pour travailler.»

« Nous avons été assommés d’annonces de projets inutiles ou irréalisables. Nous avons vu des campagnes de communication très coûteuses organisées à tout propos, et en particulier pour la candidature de Nice aux Jeux Olympiques d’hiver, lesquelles n’ont servi qu’à la promotion du maire et à l’enrichissement de certains médias. La gestion de la ville se résume en une phrase « communication, paillettes et bulles de savon sur fond de catastrophes ». Avec l’agent ainsi gaspillé d’une manière éhontée beaucoup de Niçoises et Niçois en difficultés auraient pu être aidés. Après un an de gesticulations municipales, Nice et surtout son maire obtiennent la palme : L’une des plus haute augmentation d’impôt de France. Et le président du Conseil Général a lui aussi annoncé une hausse d’impôts très importante »

« Le projet d’une ligne de tramway passant sur la Promenade des Anglais imposé par le maire, alors qu’une précédente concertation publique en avait décidé autrement, est rejeté par une grande majorité de la population. Un an seulement de mandature municipale s’est écoulée, ce qui laisse présager ce qui nous attend durant les cinq suivantes. Nous appelons toutes les niçoises et tous les niçois à se regrouper pour faire front commun contre un pouvoir municipal qui non seulement n’est pas à la hauteur de sa tâche, mais qui compromet gravement l’avenir de la ville »

« La L.R.L.N. a mené campagne contre M. Estrosi durant les élections municipales de mars 2008 et tout prouve qu’elle avait raison. La situation s’aggrave et la sécurité n’est plus assurée. Des hordes de voyous ont saccagé le centre ville, sur fond de guerre ethnique et religieuse, sans que le maire, officier de police, ni le préfet n’aient su l’éviter ou le prévoir . Ceci ne s’était jamais vu à Nice, et c’est le signe que nous entrons dans une période de très graves turbulences. Nous continuerons notre combat, et l’adapterons à la situation. Dans la tempête qui s’annonce, l’intérêt vital des Niçoises et des Niçois est de se regrouper et de s’unir autour de valeurs niçoises. Nous leur demandons de nous rejoindre afin, que toutes et tous ensemble, nous puissions faire face aux évènements qui, malheureusement et fatalement vont survenir. Soutenons notre drapeau et préparons nous à résister. Issa Nissa ! »

« NICE - RESTRICTION DES DROITS DEMOCRATIQUES ET GASPILLAGE D’ARGENT PUBLIC – COMMUNICATION,  PAILLETTES ET BULLES DE SAVON  SUR FOND DE CATASTROPHES »